mercredi 7 mai 2014

Comment il a gâché ma nuit !

Lorsque nous nous sommes couchés, hier soir, vers 22h30, tout allait bien.
Enzo et moi avions partagé une jolie soirée "en amoureux" (si on peut dire), devant le film du mardi soir de Gulli. Nous avions même fait des croque monsieur, signe que nous voulions passer une bonne soirée (c'est un de nos repas favoris pour nos soirées plateau-télé).

Tous les deux dans le lit, devant la TV, Enzo n'a pas mis longtemps à s'endormir. En moins de 5 minutes, il baillait aux corneilles, et pas moins de 10 minutes plus tard, il dormait, plein de soubresauts (preuve irréfutable qu'il dormait).
Tout était calme dans l'appartement. Plus aucun mouvement. Nous étions tous les deux dans un état d'endormissement certain, maître de notre nuit et de nos doux rêves.
Loulou est rentré du travail, bien plus tard, a déposé Enzo dans son lit, encore endormi, et s'est couché à mes côtés.
Plus aucun bruit, plus aucun mouvement, tout le monde était à présent dans les bras de Morphée.

Mais c'était sans compter sur son arrivée.
Une nouvelle arrivée de sa part.

Sur "la pointe des pieds".
Sans prévenir.
Et là, malgré sa petite taille, malgré son ambition de ne pas être dévoilé, nous avons senti sa présence.
Vous voyez ce que je veux dire ? On sent leur présence. 
Ou plutôt devrais-je dire, IL a senti sa présence.
Loulou est bien plus doué pour cela.
Moi, quand je dors, je dors.
C'est alors que Loulou a commencé à tourner, virer dans le lit, évitant son regard, feintant de ne pas le voir, de ne pas l'entendre.
Mais rien à faire !
Il était toujours là.
Ca fait maintenant des années que j'ai à supporter cette irruption dans notre chambre, la nuit.
Cela fait maintenant un bon bout de temps que nos nuits sont hachées par sa venue.
Et on n'en peut plus.

Au bout d'un moment, plus rien. Loulou ne sentait plus sa présence à ses côtés.
Il se rendort.
Moi, toujours endormie, je n'ai rien capté de la scène qui venait de se passer près de moi.

La nuit redevient calme, Loulou ne sait pas où il est allé, mais tampis, il se rendort, parce qu'il en a ras la casquette de veiller à cause de lui. 

Quelques minutes plus tard. Je ne saurais dire combien de temps plus tard. Loulou est à nouveau réveillé par ses va-et-vient.
Cette fois il en a marre. Marre de chez marre. C'est pas possible d'être réveillé comme ça chaque nuit.
Alors il allume la lumière, vocifère, se lève, part dans la cuisine, revient, se recouche. Moi je commence à ouvrir un œil, alertée par le bruit,  mais pas le temps de comprendre ce qui se passe, la lumière est à nouveau éteinte, et je l'entends marmonner.

Qu'est-il allé faire dans la cuisine ? Je ne sais pas. En tous cas, le problème à l'air résolu.

On replonge dans le sommeil, péniblement mais avec bonheur.
Quand tout à coup, je suis réveillée une nouvelle fois par la lumière de la chambre qui s'allume, un flash dans la tronche, en pleine nuit, un réveil plutôt brutal.
Normal quand on a des enfants allez-vous me dire!
Mais même pas !
Enzo, lui, dort profondément dans son lit.
C'est un moustique qui vient encore nous réveiller.
Je dis "nous" parce que mon mari me réveille toujours quand il y a un moustique. Comme si, à deux, nous étions plus forts.
Mariés pour le meilleur, comme pour le pire.
Et là, c'est le pire!
Il est vrai que 4 yeux au lieu de 2 pour chercher ce satané moustique, c'est mieux. Mais bon, moi, à la base, je dormais. Les moustiques ne me gênent pas du tout. Premièrement parce que je me moque complètement de me faire piquer (si tu ne grattes pas, le lendemain y a aucune trace de son acharnement dermatologique) et deuxièmement, si je l'entends passer tout près de mon oreille, j'étale parcimonieusement mes cheveux sur mon oreille, et c'est réglé (THE tactique).

Donc, moi, les moustiques s'ils me piquent, je ne cherche pas la polémique  mais mon mari, lui, s'il y a un moustique il faut qu'il le ni....(vous avez suivi la rime ?).

Alors commence une interminable chasse au moustique (parfois auX moustiqueS). Et tout cela sans mon consentement.
Je suis OBLIGEE de me mettre en "MODE chasse intensive", au beau milieu de la nuit, sinon, je serai obligée de subir les marmonnements, la lumière et les va-et-vient de mon mari, sur le lit, tentant à chaque fois de ni....er le moustique. Et pour parfaire le tout, mon mari est nul en ni...age de moustique.

Alors en pleine nuit, après m'être accommodée à la lumière violente dans mes yeux (allumée sans prévenir, je précise), j'installe mes lunettes au bout de mon nez, et je cherche... Ca peut durer de longues minutes avant de découvrir la planque du moustique affamé de sang et complètement indifférent de notre nuit gâchée. On observe, on se lève, on remue les rideaux, on essaye d'intercepter un vol courageux, presque suicidaire. Et on le loupe, une fois, deux fois...jusqu'à ce que je pète un plomb et que je me munisse d'une pantoufle et que je le ni... au risque d'avoir un mur souillé de sang (on ne compte d'ailleurs plus les tâches de sang sur les murs ou le plafond à cause de ces enquiquineurs nocturnes). 

Puis on se recouche. Après mon acte héroïque, un pied dans le vide, l'autre sur l'angle de la commode, en équilibre pour atteindre ce bâtard, je me recouche avec le bati bati, tout en étant un brin énervée contre mon mari, tandis que lui, il se rendort bien tranquillement, heureux, soulagé !

Sauf que souvent, chez nous, les moustiques viennent en bande. De sorte que le scénario se reproduit plusieurs fois dans la nuit, jusqu'à ce que Môsieur Loulou quitte la chambre en claquant la porte derrière lui (histoire que le moustique reste bien avec moi...pour le meilleur et pour le pire, vous vous souvenez ?) et en profite pour me réveiller une nouvelle fois.

Nos nuits (avec moustiques...j'aurais préféré nuits avec petit-déjeuner au lit par exemple), nos nuits sont mouvementées et franchement, y en a marre. Et ça fait 15 ans que ça dure.

Alors surtout, si vous hésitez à avoir des enfants de peur d'être réveillés toutes les nuits, foncez, parce que ça n'est rien à côté de l'invasion nocturne (et presque quotidienne) d'invités surprises dans notre chambre. 
Priez pour moi, pour que ce soir, les moustiques aillent voir ailleurs !


NB : bien sûr, nous avons tout essayé pour faire fuir les moustiques (prises, lotions, crèmes, spirales, clim, ventilateur, bracelet...) mais rien n'y a fait. Ils nous aiment, que voulez-vous !




Alors Chéri, s'il te plait : Je viens de lire et relire plusieurs recommandations pour se protéger des moustiques...suis-les, et tout ira bien.
-Ne panique pas

- Le moustique n'est pas méchant.

- Relativise en te disant que le moustique mesure (au plus) 10 mm soit 180 000 fois plus petit que toi (si mes calculs sont bons, ce qui est loin d'être sûr). En tous cas, la petite bête ne fait pas de mal à la grande!

- Dis-toi que c'est une femelle qui hante tes nuits, plutôt flatteur non ?
- Et enfin dis-toi que le moustique a une "certaine" utilité dans notre écosystème... et oui !

Et si tu n'as vraiment pas trouvé de réconfort dans ces différents points, pense à moi, à nos nuits (enfin régulières avec un enfant de 6 ans), pense à nous aussi. Parce que dans ces moments-là je t'assure que je te  déteste profondément (le temps de la lumière éclairée bien sûr !). 


6 commentaires:

  1. MDR !! Et la raquette électrique vous avez essayé? C'est génial ! tu l'entends grillé quand tu l'as biensur ! et là tu savoures ta vengeance ! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Et non ! On n'a pas testé la raquette. Cela dit faudrait encore qu'on arrive à voir le moustique ;-)
    Mais bon pourquoi pas, juste pour le plaisir de l'entendre griller ça vaut le coup.

    RépondreSupprimer
  3. Excellent! J'ai bien ri :)
    bisouu
    Fany

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Je voulais conter l'histoire "pathétique" de mes nuits de manière rigolote.
      Bisous

      Supprimer
  4. Les hommes ont toujours besoin de prouver qui est le patron dans leur chambre, c'est pour cela qu'ils se sentent obligés de se réveiller, de tout allumer et de liquider tout insecte avant de pouvoir dormir tranquillement. En plus, les cheveux rabattus sur les oreilles, eux, ils ne peuvent pas le faire (enfin, en général...) puis ils veulent pas non plus que leur moitié ne se fasse piquer par ces moustiques qui peuvent, maintenant, transmettre des maladies vraiment pas sympa (même en France) Dengue et Chik' comme on l'appelle dans les dom tom

    RépondreSupprimer
  5. La raquette ça marche à moitié chez moi, rien ne vaut un "éléctrocuteur" ça fonctionne parfaitement !

    RépondreSupprimer

Merci pour votre commentaire ! Laissez votre prénom !