mercredi 6 janvier 2016

Son langage est d'abord le nôtre

 Notre langage : notre échec éducatif (si c'était le seul échec !)

Dans le Sud de la France, c'est bien connu, nous sommes loin (très loin) d'opter pour un langage châtié. Très souvent emprunt d'injures et de gros mots, le langage du Sudiste est bien trop souvent grossier et fleuri. 


Et pour preuve : lorsque nous nous sommes expatriés à Saint-Etienne pendant 10 ans, les personnes que nous avons rencontré ont été choquées de nous entendre. Le verbe haut, les grossièretés, et même la manière de parler, parfois à la limite de la dispute, heurtaient parfois nos amis (en tous cas au début). Ils pensaient souvent que nous nous disputions alors que pas du tout... Il est vrai que nous avons tendance à dire des gros mots, mais cela fait partie de notre habitude et c'est en aucun cas un signe de méchanceté.

En plus de ce langage indélicat et disgracieux...nous avons la fâcheuse manie de jouer sur les mots. Utilisant souvent un vocabulaire effronté, on fait de l'humour noir, on évoque souvent des répliques de films cultes et on s'amuse avec le second degré. C'est un sacerdoce chez nous que de manipuler l'humour et la dérision.

Enfin, notre langage est parfois agressif. Peut-être à cause de notre emploi du temps surchargé qui nous positionne dans un environnement de stress permanent. Peut-être aussi parce que nous n'avons aucune patience. Ou peut-être encore parce que nous sommes plutôt révoltés. Survoltés. Je dois bien avouer que nous sommes souvent en ébullition, très très souvent dans la contestation, indignés au lieu d'être résignés par les évènements quotidiens qui nous polluent. J'ai très souvent entendu ma mère me dire que "j'aboyais", que je parlais avec agressivité....

Ajoutez à tout cela une prise de parole un peu trop spontanée, pas assez réfléchie qui vient s'ajouter à toute cette panoplie de paroles au lexique gras et vif.

Voici de quoi sont faites nos prises de parole.

Et pourtant nous avons fait de longues études, nous possédons un vocabulaire construit, riche et varié, nous sommes suffisamment cultivés (enfin je pense) mais nous avons l'habitude de piocher dans un vocabulaire plutôt populaire pour imager nos propos.  Nous sommes sans cesse dans la dérision.

*******

Sauf que maintenant nous sommes parents (depuis 7 ans déjà). Et notre langage a très peu évolué. Bien sûr nous évitons les "gros" gros mots. Bien sûr nous cherchons à éviter de parler gras lorsque nous sommes avec Mini Loulou ... mais malheureusement, les habitudes reviennent au galop. Nos prises de parole sont bien trop instinctives et automatiques et Enzo en pâtit.

C'est assez paradoxal car notre langage ne reflète pas nos sentiments pour lui. Nous sommes souvent sur la défensive, plutôt vifs et coléreux alors que notre amour pour lui est immense, alors que nous passons beaucoup de temps à le câliner et à l'embrasser...La douceur des gestes ne coïncide pas avec la vitalité des mots.

Aujourd'hui, nous faisons le triste bilan de notre éducation "lexicale" trop impertinente. Et c'est avec regret que nous faisons le constat de notre échec, Enzo prend le même tournant que nous : il a tendance à s'exprimer avec agressivité, avec irrespect et avec insolence. Il reproduit le schéma de ses parents, évidemment! Son langage est d'abord le nôtre.
Il ne parvient pas à faire le distingo entre l'humour, le second degré et l'irrespect. Normal. Il a 7 ans. C'est à nous de lui apprendre le "bien parler", mais au lieu de ça, on le plonge dans un monde d'adulte, dans un langage brut et élémentaire qui le dessert. Et en plus, nous avons le toupet de le gronder quand il ne fait que répéter ce que nous nous acharnons à lui faire entendre.

Pire, il n'a pas conscience que le langage est différent selon à qui on s'adresse. Une personne âgée ne reçoit pas les mêmes mots qu'un enfant, ou qu'un copain. Mais pour lui, il n'y a aucune différence...  Alors que pour nous si. On ne parle pas de la même manière à des personnes que nous respectons soit par rapport à leur âge, ou à leur grade... Et pourtant, lui, mélange tout. Normal ! Tout à fait normal !

On a pêché ! On n'a pas réussi cette partie de son éducation. Aujourd'hui, son langage est un peu trop évolué pour son âge. Il a beaucoup d'humour, beaucoup de répartie mais ne sait pas les doser. Et surtout il a une agressivité (dans les mots, dans sa façon de parler), qui parfois est bien au dessus de ce que nous pouvons tolérer...Mais comment le gronder quand on tient exactement le même langage?

Nous avons pris conscience de la réalité des choses...mais à présent nous devons redresser la barre, reprendre son éducation "langagière" en main pour qu'il soit plus courtois et moins insolent.

Notre travail commence aujourd'hui (comme une bonne résolution pour 2016) avec la lourde tache de le faire progresser et de progresser nous-même, par la même occasion.
Je veux qu'il soit plus doux dans ses propos, plus raisonnable, moins agressif et plus posé.
De la douceur et moins de gros mots (ou langage populaire car en fait il ne dit pas de gros mots mais il a un langage fleuri) ...voici notre souhait pour 2016 (pour nous comme pour lui).

Nous devons prendre le temps de parler, faire appel à notre finesse et lui répondre avec calme et bienveillance. C'est à NOUS de changer ...et il changera lui aussi (en espérant que ce ne soit pas trop tard).



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire ! Laissez votre prénom !