mercredi 6 juillet 2016

Qu'est ce que tu fais pour les vacances ?




Fin du CE1 et ce goût amer laissé au coin de mon cœur après avoir découvert ses activités "cantine". 
Les vacances sont enfin là, et je compte bien remédier à cet "événement" (cet accroc) qui a volé un petit bout de son enfance, de son innocence et de ses envies de petit garçon de 8 ans.



Depuis quelques mois Mini Loulou s'est enfin décidé à manger à la cantine. Ce fut un choix de sa part (non de la mienne... Maman overbookée qui aurait quand même aimé garder son bébé encore un peu à ses côtés). Il a donc pris la décision de quitter le cocon (et ce mot prendra tout son sens dans quelques lignes) en allant manger à la cantine du lundi au jeudi...(preuve qu'il avait déjà fait un bout de chemin dans son murissement de jeune homme).


Sans aucun regret, il allait à la cantine le cœur léger et semblait bien s'y amuser. 
Et puis il y au cette "grande" décision familiale de mettre la pédale douce sur la télé à la maison (vous avez du me lire sur FB). Et c'est au détour d'un repas (pris sans écran) que les langues se sont déliées, et qu'il nous a parlé de ses activités cantine. Ce fameux projet de loi qui apporte de la nouveauté à l'école : nouveaux intervenants, nouvelles disciplines, nouvelles activités du temps de midi ou le soir après les cours...

Ah ça oui ! Il nous en a parlé ! Et vous auriez du voir nos têtes ! 

Du Slam!

Il fait du slam. Il a d'abord fait du foot (mais il y avait trop de bagarres) alors nous lui avons conseillé de choisir une autre activité. Pas de peinture, pas de sport...du slam !

A priori je n'avais rien contre. Étant enseignante, je me suis dit que c'était un bon moyen de "jouer" avec les mots, de tendre vers la poésie, d'exprimer des sentiments...des émotions.
Mais c'était tout sauf ça !

D'abord il nous a expliqué comment se passait la séance : écoute de musique, dessins libres... et ces fameux traits de crayons exécutés par l'intervenant  ... des chars d'assaut, des kalachnikov...

Et puis voici ce qu'il nous a révélé :



Vous connaissez ? 
(la vidéo c'est pour votre culture G)

C'est le signe d'un rappeur "ultra à la mode" Jul (d'après les djeun's)...qui tient des propos si.... poétiques : drogue, alcool, grosses voitures, vie de riche, trafic. Et j'en passe ! Au départ je ne connaissais pas ... alors j'ai demandé à mes salariés (de 20 ans) s'ils connaissaient ... et là, j'ai lu le désarroi dans leurs yeux et très vite ils ont craché le morceau : c'est le rappeur de la "téci". C'est pas du tout pour les enfants. Ça craint ! Même eux n'écoute pas ce genre de musique... Bref ! J'étais désemparée.

Du rap de "racaille", du rap (certes entrainant et à la musicalité sympa) mais du rap de "délinquants".

J'ai alors pris la décision d'écouter quelques chansons avec lui, pour comprendre. Et j'ai vite pris conscience de la déchéance de l'école... de l'école dans laquelle il évolue. Et de ces intervenants qui gâchent l'enfance de nos petits.Les thèmes abordés ne sont en aucun cas pour les enfants.
Quand l'école dérape ...


C'est quoi le but ? C'est quoi l'intention de l'éducation nationale, de la mairie (qui embauche ces intervenants) ? Et les enseignants, sont-ils au courant ? N'y a -t-il pas d'autres activités bien plus enrichissantes pour les enfants ? 


Je suis en colère ! 
Je suis outrée !
Et je veux effacer ça de son esprit !


Alors ces vacances seront entièrement dédiées à sa vie de petit garçon
J'ai envie qu'il chante ses chanson d'enfant, qu'il regarde ses dessins animés préférés. Qu'il joue avec ses jouets. Qu'il s'amuse, qu'il rit.
Je veux des vacances comme on se souvient de nos enfances à nous. Joyeuses, gaies, libres, insouciantes...

On coupe avec ces images violentes, ces paroles violentes, ces propos parfois indécents, ces rythmes inaudibles. On arrête d’endurcir leur monde. On se met à leur portée. On fait de leurs vacances des moments de rêve. Des moments légers...

Il est encore petit. 8 ans c'est petit (hein c'est petit ?). Il a droit à son insouciance d'enfant. A sa pureté ! Qu'est-ce que ces foutus intervenants viennent mettre dans la tête de nos enfants? Parler de drogue, de voitures de luxe, d'alcool... alors que je ne rêve de naïveté pour lui.

Ces vacances seront donc consacrées à son plaisir de petit garçon : aller à la pêche, ramasser des coquillages sur le bord de la plage, construire un château de sable, sauter dans les vagues, s'émerveiller devant le dernier Disney, rire aux éclats en faisant le clown, jouer avec ses amis, enrager lorsqu'il perd aux jeux de société, dormir avec ses doudous, regarder la "soupe aux choux" collés à papa-maman... Je veux des vacances à la "Tom Sawyer"...

Je veux de la simplicité, de la douceur, du bonheur... à lire tous les jours dans ses yeux, dans son rire, dans ses mots !

Et à la rentrée, croyez-moi, je serai la première à surveiller de près les activités intra-scolaires de l'école !

Bon sang ! Laissons nos enfants dans leur cocon rassurant et épanouissant. Trop d'horreurs nous entourent déjà... 

L'insouciance de l'enfance est une chance, laissons-leur cette opportunité !


Bonnes Vacances à vos loustics !
Qu'ils aient des vacances à la hauteur de leur espérance !
Profitez ! 


2 commentaires:

  1. C'est vraiment n'importe quoi, on a vraiment aucun contrôle sur ce qui est entré dans la tête de nos enfants,ils grandissent déjà tellement vite ...
    Préservons les

    RépondreSupprimer
  2. Et jouer au Pokémon, vu votre article sur la Libre...mieux que le slam, mais idiot quand-même.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre commentaire ! Laissez votre prénom !